30/09/2008

L'Université de Strasbourg en pointe dans la lutte contre la criminalité organisée économique et financière

Université de Strasbourg - Gendarmerie (DNA 30 septembre 2008)

Unis contre la délinquance économique et financière

L'Université de Strasbourg accueillera désormais la formation continue des gendarmes engagés dans la lutte contre la criminalité économique et financière. Une filière de formation nationale est née.
L'Université de Strasbourg et la gendarmerie étaient « fiancées ». Les voilà « mariées », a annoncé hier la présidente de l'Université Robert-Schuman, Florence Benoît-Rohmer, en accueillant le directeur des ressources humaines de la Gendarmerie nationale, le général Bernard Mottier, venu signer une convention de formation.
Jusque là enseigné au Centre national de formation de la police national de Fontainebleau, où des enseignants de l'URS se rendaient régulièrement, le Diplôme de Lutte contre la criminalité économique et financière (DEFI) sera désormais dispensé au sein de l'École de management de Strasbourg. « La gendarmerie a demandé à l'Université de Strasbourg de prendre en charge la formation. Il s'agissait aussi de faire évoluer son contenu pour tenir compte de l'environnement européen et international, et en particulier des travaux de la commission européenne », a expliqué Florence Benoît-Rohmer.
Chaque enseignement est assuré en binôme par des professionnels et des universitaires. A partir de la rentrée 2009/2010, cette formation, dirigée par Chantal Cutajar, deviendra Licence professionnelle. « C'est une véritable filière qui est créée avec une poursuite d'étude vers le Master 2 Lutte contre la criminalité organisée économique et financière », a souligné la présidente de l'URS avant de remettre des diplômes à la première promotion d'étudiants, dont la marraine est le ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie.
Sur les 14 étudiants, 12 gendarmes sur 11 ont été reçus. Parmi eux, l'adjudant Philippe Babola, de la Section de recherche de Strasbourg, qui travaille depuis 2002 au sein du groupe de Lutte contre la délinquance économique et financière. « La criminalité se développe de plus en plus au sein de la sphère financière. Il faut sans arrêt se perfectionner pour démonter des montages financiers de plus en plus complexes. Les magistrats, qui s'intéressent aux saisines des avoirs issus des trafics, sont de plus en plus demandeurs. En Alsace, les abus de biens de sociaux et les délits en matière de marchés publics représentent un grand nombre des délits financiers que nous traitons », a expliqué l'enquêteur.
« Les différents trafics génèrent chaque année dans le monde plus de 1 500 milliards d'€ », enchaîne Chantal Cutajar. « Le blanchiment d'argent est une forte préoccupation des États démocratiques. Pour la seule Union européenne, 5 % de son budget est détourné dans le cadre de fraudes ».

J.F.C.

Commentaires

Effectivement l'université de Starsbourg possède des formations innovantes. Et pour le coup très utile !

Écrit par : master en france | 17/11/2010

Écrire un commentaire